Comme une envie de manger avec vous !

Le Babbo mio, au nom du Père

Dans la Famille Cannatella, je demande… tout le monde ! Déjà solidement implanté sur la piétonne et autour du Cours Saleya, le groupe a frappé fort en 2017 avec la conquête de la mer. Le galet est devenu une plage de référence et la Promenade des Anglais a gagné un acteur culinaire de plus sur ses bancs de sable.

Un an plus tard, le pari est réussi : les familles ont trouvé une plage du centre-ville où se régaler, le groupe expérimente de nouveaux événements mêlant cocktails, musique et Méditerranée… Mais, comme la cuisine, l’aventure coule dans les veines des Cannatella et l’envie de nouveauté ne tarde pas à revenir chatouiller les âmes d’entrepreneur de Serge et Philippe. Dans les rues du vieux Port, un projet inattendu se dessine.

Le Port de Nice : un quartier plein de vie à conquérir

Une soirée comme une autre à Nice. L’heure est avancée, les rues du Cours Saleya se désertent. Est-ce le besoin d’air frais ou une intuition coloniale qui a poussé Philippe à prendre son scooter cette nuit-là ? Quoiqu’il en soit, il roule dans la ville quasi-endormie… Mais un quartier d’irréductibles vivants résiste encore et toujours au marchand de sable. Un petit bout de ville aux dalles élégantes, rempli de bars branchés et de magasins locaux. Dans la nuit fraîche et sonore du quartier portuaire, germe en Philippe cette idée fixe : les Cannatella ouvriront un nouveau restaurant au cœur du « petit Marais niçois ».

Aux prémices de l’été 2018, une nouvelle enseigne apparaît place du Pin, le Babbo mio. « Mon papa » en langue transalpine, en l’honneur de Gino Cannatella, pionnier de l’histoire familiale et grand explorateur du goût et des plaisirs de la table à travers le monde. Ce restaurant se veut le théâtre d’une nouvelle proposition : un lieu de vie et de rencontres, de saveurs et de boissons au cœur du mouvement local.

Les habitants du quartier, les entreprises qui la dynamisent et les plus jeunes qui viennent s’y lover trouveront au « Babbo » un endroit où se nicher.

Restaurant particulier cherche clientèle particulière

Adieu les horaires du restaurant traditionnel. L’établissement innove en créant d’autres moments que les services du midi et du soir. Un café en terrasse le matin, posé sur la Place du Pin ? Une limonade pour échapper aux affres du soleil l’après-midi ? Ou un apéro avant-coureur sur l’une des banquettes en cuir proposées par ce salon d’un nouveau genre ?

L’atmosphère feutrée et chaleureuse – entre un Gentlemen’s club british et un salon décoré par les amis de Gatsby le Magnifique – est signée de la griffe d’Aude Gros-Rosanvallon, à qui l’on doit l’ambiance lounge et rafraîchissante du galet. Alors oubliez le temps et laissez-vous porter par les différents moments de la journée.

Une cuisine italienne traditionnelle et healthy

Et la cuisine dans tout ça ? Il va sans dire que les Cannatella aiment se renouveler. Leur nouveau terrain de jeu gustatif s’est dessiné à la lisière du healthy et des recettes italiennes traditionnelles. Le Babbo mio souhaite allier les tendances culinaires actuelles à l’héritage paternel. La pizza César ou la focaccia à partager font leur entrée sur la carte : des plaisirs simples, « à l’italienne », qui cohabitent avec la salade Thaï, le Poke Bowl et des cocktails originaux créés sur la plage du groupe.

Alors Second au galet, le chef Fabio Giovannini devient le maître-d’œuvre de cette carte originale, qui veut rajeunir et moderniser la trattoria. À nouveau quartier, nouveau style de vie ? À l’image de son logo diamantaire, le Babbo mio ne s’arrêtera pas avant d’avoir fait briller la cuisine italienne plus haut que le soleil azuréen et chavirer les cœurs des habitants du Port de Nice.